Ouessant, 2006

Publié le par EmmaBovary

  

Ce matin,

le ciel s'est fondu dans l'océan

masse grise, mouvante

surprise et surprenante

 

Ce soir, dans l'épaisse

obscurité de la nuit

on devine

l'horizon clignotant

balisé de lumières

 

  

 

 

 

( http://www.ouessant-digiscoping.fr/spip.php?article55 )

Publié dans Mes mots

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lise 05/02/2011 12:42


Bonjour Emma!
Et à tous ceux qui ont pu lire mon commentaire.
Petite rectification: Les contemplations est un recueil de poèmes de Victor Hugo, et non un seul poème. Les "classiques", comme ce recueil, gardent toutes leurs richesses. Je crois que l'un de mes
poèmes préférés (Eclaircie), en fait partie...
Désolée pour les connaisseurs de Victor Hugo!


lise 04/02/2011 15:21


bonjour Emma-Fred!

Justement, je ne donne pas de sens particulier à ce texte. Je faisais juste une comparaison avec ce que je vis. Sinon, quand je lis ton texte, je vois l'océan. C'est ce que j'aime. Comme le poème
de V.Hugo: "Comptemplation".
Sinon, j'ai un texte pour toi du groupe "la rue kétanou". Il est plein d'humour. Je te le ferais parvenir.
Lise


EmmaBovary 04/02/2011 11:49


Dans ce texte, je crois que j'ai surtout chercher à donner à voir, pas forcément à donner du sens. J'ai simplement voulu raconter, montrer un de ces moments où il y a juste à regarder et profiter.
Il ne faut pas toujours chercher à donner un sens, à vouloir tout comprendre. Juste profiter de ce qu'on a.
Pour les abonnements, il faut que je fasse le point. J'attaque ce week-end la préparation du n°17.


lise 03/02/2011 08:54


Bonjour Emma!

ton dernier texte publié sur ton blog me parle particulièrement. J'imagine souvent que je suis l'océan... Technique simple de visualisation pour me détendre et canaliser mon énergie. De toutes
façon, tous l'océan vient se répendre un jour ou un autre sur un plage. Que cela soit dans l'obscurité du soir ou dans la lumière laiteuse d'un matim d'hivers...

Dis moi juste si je dois me réabonner à Pr'Ose. Je ne sais plus où j'en suis de mon abonnement.

Merci!
Lise (ou Mouna, un prénom que j'aurais aimé porter)