OUVRIR LES VOLETS

Publié le par EmmaBovary


   J'ai écrit le texte qui suit dans le cadre d'un jeu d'écriture sur le forum Maux d'auteurs
http://forum.aceboard.net/index.php?login=7663
   (le texte devait commencer par la phrase "Je voulais simplement te dire..." sans que ce soit une déclaration)



LamorBadenGolfeMorbihan.jpg

   
   Je voulais simplement te dire que ce matin, j’ai ouvert les volets. Sans réfléchir.
   Hier, dans ce qui ressemblait à la fin d’une journée, j’ai évité de penser au courage qu’il me faudrait pour y parvenir. Je ne me suis pas demandé ce que j’allais découvrir. Je voulais juste dormir. J’ai chassé le spectre de mes insomnies avec un bol de tilleul, en lisant ce livre que j’avais abandonné depuis des semaines. Une fois couchée, j’ai sombré dans mes rêves comme on échoue, brutalement, contre un rocher. Je n’ai pas réfléchi à tout et n’importe quoi en regardant passer le cortège des heures. Je n’ai pas cauchemardé au cœur de la nuit.
   Dans l’aube apaisée, portée par la simple envie de pousser les volets, j’ai délaissé mon lit. Comme tout le monde.
   C’est toute une aventure de les ouvrir. Il faut quitter la chaleur du nid qu’on a creusé dans les draps. Prendre son courage à deux mains. S’accrocher au chant de l’oiseau qui passe à travers les murs et les fenêtres closes. Ne pas s’interroger sur la couleur du jour, ni sur l’humeur du vent.
J’ai traversé un reste de nuit, l’esprit pas tout à fait éveillé au jour présent. J’ai avancé dans le noir fissuré de lumière pour trouver la clenche et repousser dans un mouvement, pareil à un élan de liberté, les lourds panneaux de bois. La lumière a balayé d’un coup les lambeaux d’obscurité qui s’accrochaient aux toiles d’araignées.
Je voulais simplement te dire que ce matin, j’ai ouvert les volets. J’avais oublié qu’ils ne bloquent pas le temps. Dans le jardin, l’herbe a grandi. Le tilleul m’a jeté des grappes de parfums. Et j’ai vu le soleil qui dansait sur ma peau.


 

Publié dans Mes mots

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

cath 31/12/2007 16:50

Et j'ai vu le soleil qui dansait sur ma peau.

Un très beau texte, et cette dernière phrase est une merveille. Ce genre de phrase qui donne envie d'écrire le texte qui commencerait par elle :)

Régine 31/12/2007 11:08

Je trouce ce texte touchant. Il parle simplement de la vie, de la douleur mais avec beaucoup de pudeur et de poésie. Bravo !

khassiopée 20/12/2007 19:15

C'est tout simplement délicieux : ils sont jolis tes mots si simples et si lumineux.
Je te fais des bisous plein pour la peine !

Cécile. 15/12/2007 01:46

Avec le moment difficile que je vis, qui me brise et me déchire, je resterai bien les volets clos, mais ton texte me fait prendre conscience que le soleil se lève tous les matins, la vie continue aussi dure soit elle...il me faut juste trouver le courage que je ne trouve pas encore, et là encore le temps fera son oeuvre, du moins je l'espère. Je t'embrasse Cousine.

Nad 14/12/2007 16:26

J'aime beaucoup toutes ces images mises en musique.